pardon


pardon

pardon [ pardɔ̃ ] n. m.
• v. 1135; de pardonner
1Action de pardonner. absolution, amnistie, grâce, indulgence, miséricorde, rémission. Demander pardon, son pardon. Demander pardon à qqn d'avoir fait qqch. Je vous en demande humblement pardon. Accorder son pardon à qqn : pardonner. « On nous prêche beaucoup le pardon des offenses » (Rousseau). Obtenir son pardon.
2(1868) Fête religieuse bretonne. Le pardon de Notre-Dame d'Auray. Le Grand Pardon ou jour du Pardon : fête juive annuelle (Yom Kippour), célébrée par le jeûne et la prière.
3Je vous demande pardon, ou ellipt Pardon, ou Mille pardons : formule de politesse par laquelle on s'excuse (de déranger qqn, d'avoir à lui demander un service, de lui faire répéter une phrase qu'on a mal comprise [ comment] , de le contredire ou qui sert à introduire une rectification) (cf. Excusez-moi).
4Fam. Exclamation emphatique. Le père était déjà costaud, mais alors le fils, pardon ! « deux femmes harnachées, pardon, fourrures, bijoux » (Aymé).
⊗ CONTR. Rancune, ressentiment. Condamnation, représailles.

pardon nom masculin (de pardonner) Fait de ne pas tenir rigueur d'une faute ; rémission d'une offense : Accorder son pardon. Absolution du péché par un prêtre après la confession. Formule de l'absolution. Indulgence qui était accordée le jour où l'on célébrait la mémoire du saint patron de la paroisse ; fête religieuse, pèlerinage, etc., destinés à célébrer cet événement. ● pardon (citations) nom masculin (de pardonner) Honoré de Balzac Tours 1799-Paris 1850 Le cœur d'une mère est un abîme au fond duquel se trouve toujours un pardon. La Femme de trente ans Pierre Augustin Caron de Beaumarchais Paris 1732-Paris 1799 […] La colère chez les bons cœurs, n'est qu'un besoin pressant de pardonner ! La Mère coupable, IV, 18 Alfred Capus Aix 1858-Neuilly 1922 Académie française, 1914 Dans le pardon de la femme, il y a de la vertu ; mais dans celui de l'homme, il y a du vice. La Traversée L'Illustration André Chamson Nîmes 1900-Paris 1983 Académie française, 1956 Rien n'est peut-être plus égoïste que le pardon. On ne voit pas les cœurs Gallimard Paul Claudel Villeneuve-sur-Fère, Aisne, 1868-Paris 1955 Celui qui aime beaucoup ne pardonne pas facilement. L'Otage, I, 1, Coûfontaine Gallimard Louis Émié 1900-1967 La nuit n'attend que nous pour boire une eau plus pure : L'éloge d'une larme est celui du pardon. La Nuit Seghers François de Salignac de La Mothe-Fénelon château de Fénelon, Périgord, 1651-Cambrai 1715 D'ordinaire ceux qui gouvernent les enfants ne leur pardonnent rien, et se pardonnent tout à eux-mêmes. De l'éducation des filles Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Vous avez fait, mon Dieu, la vie et la clémence ; Et chacun de vos pas est marqué par un don. C'est à votre regard que tout amour commence, Vous écriviez : Douleur, un ange lut : Pardon. Les Tables tournantes de Jersey Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Lynx envers nos pareils, et taupes envers nous, Nous nous pardonnons tout, et rien aux autres hommes. Fables, la Besace Valery Larbaud Vichy 1881-Vichy 1957 On croit pardonner, et ce n'est que faiblesse. Amants, heureux amants Gallimard François, duc de La Rochefoucauld Paris 1613-Paris 1680 Nous pardonnons souvent à ceux qui nous ennuient, mais nous ne pouvons pardonner à ceux que nous ennuyons. Maximes Louis XIV, roi de France Saint-Germain-en-Laye 1638-Versailles 1715 Quiconque pardonne trop souvent punit presque inutilement le reste du temps. Mémoires Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux Paris 1688-Paris 1763 J'aurais cru que la gloire de pardonner à ses ennemis valait bien l'honneur de les haïr toujours. Le Triomphe de l'amour, III, 3 Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu château de La Brède, près de Bordeaux, 1689-Paris 1755 Je pardonne aisément, par la raison que je ne sais pas haïr. Il me semble que la haine est douloureuse. Mes pensées Alfred de Musset Paris 1810-Paris 1857 À défaut du pardon, laisse venir l'oubli. Poésies, la Nuit d'octobre Paul-Jean Toulet Pau 1867-Guéthary 1920 Le pardon n'est parfois qu'une figure de la vengeance. Les Trois Impostures Émile-Paul François Marie Arouet, dit Voltaire Paris 1694-Paris 1778 Aime la vérité, mais pardonne à l'erreur. Discours en vers sur l'homme, De la liberté Ausone, en latin Decimus Magnus Ausonius Burdigala, aujourd'hui Bordeaux, vers 310-vers 395 Pardonne beaucoup aux autres ; à toi, rien. Ignoscas aliis multa, nil tibi. Sapientium sententiae, 3, 4 Baldassarre Castiglione Casatico, Mantoue, 1478-Tolède 1529 En pardonnant trop à qui a failli, on fait injustice à qui n'a pas failli. Perdonando troppo a chi falla, si fa ingiustizia a chi non falla. Il Cortegiano, I Miguel de Cervantès, en espagnol Miguel de Cervantes Saavedra Alcalá de Henares 1547-Madrid 1616 Seules errances d'amour Sont dignes de pardon. Que los yerros por amores Son dignos de perdonar. La comedia entretenida Filippo Pananti Ronta, Borgo San Lorenzo, 1766-Florence 1837 On pardonne aisément à ceux qu'on n'a pas le pouvoir de punir. Si perdona facilmente a quelli che non si ha la possanza di castigare. Aventures et observations, III pardon (expressions) nom masculin (de pardonner) Demander pardon (à quelqu'un), présenter des excuses pour une faute commise. Grand pardon, nom français du Yom Kippour. Familier. Pardon !, Mais pardon !, exclamations admiratives ou emphatiques : La mère est déjà jolie, mais alors la fille, pardon ! Pardon de la batellerie, cérémonies religieuses traditionnellement organisées dans les grands centres mariniers tels que Conflans-Sainte-Honorine. ● pardon (synonymes) nom masculin (de pardonner) Fait de ne pas tenir rigueur d'une faute ; rémission d'une...
Synonymes :
- miséricorde
- rémission
Contraires :

pardon
n. m.
d1./d Action de pardonner. Accorder son pardon.
d2./d Je vous demande pardon ou, ellipt., pardon: formules de politesse prononcées pour s'excuser.
Pardon?: avec une intonation interrogative, pour prier un interlocuteur de répéter ce que l'on n'a pas entendu ou compris.

⇒PARDON, subst. masc.
A. —Action de tenir pour non avenue une faute, une offense, de ne pas en tenir rigueur au coupable et de ne pas lui en garder de ressentiment. Ses pardons étaient si divins qu'en m'humiliant devant elle je ne me sentais pas abaisser, mais je me sentais relever et grandir (LAMART., Raphaël, 1849, p.193). Il s'agenouille devant elle. Je suis à vos pieds. Ce pardon, je vous le demande à genoux, je vous prie, je vous supplie (PAILLERON, Âge ingrat, 1879, III, 9, p.128):
1. Si l'effort est trop grand pour la faiblesse humaine
De pardonner les maux qui nous viennent d'autrui,
Épargne-toi du moins le tourment de la haine;
À défaut de pardon, laisse venir l'oubli.
MUSSET, Nuit oct., 1837, p.154.
Pardon des injures. V. injure.
SYNT. Pardon généreux, mutuel; pardon des offenses; demande, geste de pardon; être digne, indigne de pardon; implorer le pardon de qqn; accorder son pardon; obtenir le pardon de qqn.
Loc. et expr.
Demander pardon (à qqn de qqc., pour qqc.). Je vous demande mon pardon. Il dit obstinément que jamais il ne demanderait pardon au roi; qu'il ne voulait aucune grâce (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t.3, 1821-24, p.11). Un de ces coups d'oeil par lesquels une femme sait demander pardon, sans parler, pour un tort de quelqu'un qu'elle aime (BOURGET, Disciple, 1889, p.143). P. ell. [Sous la forme interj.] Je n'avais même plus la force de crier: «Pardon! pardon pour tout ce que j'ai fait, écrit, pensé depuis que je suis au monde (...)»(LARBAUD, Barnabooth, 1913, p.199).
(Je demande) pardon de + inf. Pourquoi ne pas voler à Nancy? Je lui demanderai pardon à genoux de m'être mis en colère (STENDHAL, L. Leuwen, t.3, 1835, p.202).
(Je demande) pardon si + ind. Il s'agenouilla devant elle et lui baisa la main: —Pardon... Pardon... dit-il. Rosa (...) comprit qu'il voulait dire: «Pardon si je suis injuste... Pardon si je ne t'aime pas... Pardon si je ne puis pas... Si je ne puis t'aimer (...)» (ROLLAND, J.-Chr., Adolesc., 1905, p.313).
♦[Dans des tours négatifs]
(Être) sans pardon. (Être) impitoyable. Maladie sans pardon. Dans sa première révolte, elle s'était juré d'être sans pardon. Ensuite, elle avait souffert secrètement de n'avoir pas à pardonner (ZOLA, Joie de vivre, 1884, p.952). Les amis d'Armand Carrel entamèrent contre Girardin une lutte sans merci, ni pardon (MORIENVAL, Créateurs gde presse, 1934, p.65).
(Il n'y a, il n'est) pas, point de pardon. Mon père, s'écrie-t-il, point de pardon, point de pardon; le meurtrier n'en mérite point (COTTIN, Mathilde, t.2, 1805, p.343). Les garnisons, munies même de canons, luttent avec les Peaux-Rouges. C'est une guerre d'atrocités et d'horreurs. Il n'y a pas de pardon (CENDRARS, Or, 1925, p.52):
2. La haine qu'on se porte à soi-même est probablement celle entre toutes pour laquelle il n'est pas de pardon! —Je ne veux pas me pardonner, dit l'ancien brasseur de sa voix lente. Point de pardon!
BERNANOS, M. Ouine, 1943, p.1521.
HIST. Lettres de pardon. ,,Lettres que le prince accordait en petite chancellerie, pour remettre la peine de certains délits moins graves que ceux pour lesquels les lettres de grâce étaient nécessaires`` (Ac. 1835-1935). Synon. lettres de rémission. P. méton. Pardon royal. Tes malheurs ont attendri le souverain; nos voeux sont accomplis, et voici ton pardon. Il lui donne un papier (LA MARTELIÈRE, Robert, 1793, V, 9, p.71).
B. —[Dans des tours ou formules avec atténuation du sens]
1. Rare. Indulgence. La virtuosité du chanteur fit à quelques-uns l'effet d'une acrobatie qui ne méritait pas de pardon (BLOY, Femme pauvre, 1897, p.148).
2. [Dans des formules de politesse employées en diverses circonstances] Je vous demande (bien) pardon; gén. p.ell. pardon; vieilli au XXes. mille pardons.
[Pour présenter des excuses] Mille pardons, monsieur; mille excuses, mademoiselle. Vous m'avez attendu: j'ai manqué à tous mes devoirs (SANDEAU, Sacs, 1851, p.9). Le Monsieur, avec une extrême politesse: Je vous demande pardon, monsieur; vous êtes bien M. Boubouroche? (COURTELINE, Boubouroche, 1893, I, 3, p.38). La Bonne: Bien, madame... Oh! pardon, monsieur, je vous ai appelé madame sans le faire exprès... (GUITRY, Veilleur, 1911, I, p.3).
Fam. Pardon, excuse. Pardon! excuse! du moment que monsieur la [une femme, un modèle] gardait pour son usage intime, on ne lui demandait pas de la prêter (ZOLA, OEuvre, 1886, p.50). Voix de l'Ivrogne: (...) Ho! Tiens un mort!... Pardon excuse: c'est un soldat endormi... Salut, militaire (COCTEAU, Machine infern., 1934, III, p.120).
[Pour faire répéter ce qu'on a mal entendu] Synon. vieilli plaît-il? Clotaire:Excusez-moi, je suis un peu en retard. Jeff: Pardon? Clotaire:Je dis: je suis un peu en retard, excusez-moi (ACHARD, J. de la Lune, 1929, I, /, p. 4).
[Pour apporter une correction, une contradiction] —Et qui était auprès de son lit? Personne, je gage. —Pardon! Il y avait Mademoiselle de Meilhan qui tenait sa main, la baisait et priait (GOZLAN, Notaire, 1836, p.243). Vous m'intéressez, pardon, tu m'intéresses beaucoup, dis-je à Saint-Loup (PROUST, Guermantes 1, 1920, p.113):
3. KNOCK: Aujourd'hui, de votre propre aveu, vous me livrez une clientèle nulle. LE DOCTEUR: Nulle... pardon! pardon! KNOCK: Revenez voir dans un an ce que j'en aurai fait. La preuve sera péremptoire.
ROMAINS, Knock, 1923, I, p.5.
3. Pop. [Exclam. qui prévient l'étonnement de l'interlocuteur ou marque l'étonnement admiratif] Le projecteur n'éclairait de la harpiste que les pognes se baguenaudant sur les cordes; mais pardon! rien que ça valait déjà le déplacement (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p.224).
C. RELIG. (judéo-chrét.). Acte de miséricorde, don gratuit de Dieu qui, mettant fin à la situation de rupture créée par le péché, rétablit l'homme dans sa relation d'amour avec lui (en particulier dans la religion catholique, sous la forme de l'absolution par le ministère du prêtre dans le sacrement de pénitence). Pardon des péchés. Que Dieu vous absolve, ma fille! Le pardon final dépendra de votre courage à supporter la vie (RENAN, Drames philos., 1888, III, /, p.657). Dieu est toujours nouveau, il est toujours là comme un beau matin frais et pur et c'est ainsi que nous le retrouvons après la nuit et l'orage du péché. Ses trésors de pardon sont sans limites (GREEN, Journal, 1957, p.174):
4. ... nous Te rendons grâce, ô notre Père, avec une reconnaissance inexprimable, nous Te rendons grâce de ce qu'il y a pourtant une puissance infiniment plus grande que celle du mal, c'est la Tienne! C'est cette puissance de pardon, de relèvement et de vie qui nous a été manifestée en Jésus-Christ.
MONOD, Sermons, 1911, p.183.
Le ministère, le sacrement du pardon. Nous ferons tout [dit Jean-Paul II] pour instruire et persuader les fidèles du besoin de recevoir le pardon de façon personnelle, fervente, fréquente. Et nous mettrons beaucoup de soin à exercer ce ministère (...) pour qu'aucun ne s'en écarte, sous prétexte qu'il trouverait formelle ou superficielle la célébration du sacrement (La Croix, 14-16 août 1983, p.6, col. 2).
P. ext. [S'appliquant aux relations des hommes entre eux] La surnaturalité du pardon consiste en ceci que mon opinion au sujet du fautif n'a précisément pas changé: mais sur ce fond immuable c'est tout l'éclairage de mes relations avec le coupable qui se trouve modifié, c'est toute l'orientation de nos rapports qui se trouve inversée, renversée, bouleversée (JANKÉL., Le Pardon, Paris, Aubier-Montaigne, 1967, p.197).
Spécialement
1. RELIG. CATH.
Au plur., vx. Indulgence (v. ce mot B 1). Il est allé gagner des pardons (Ac. 1798-1935). Aller chercher des pardons à Rome (Lar. Lang. fr.). Louis: L'Église a des pardons qu'un roi peut acheter. François de Paule: Dieu ne vend pas les siens; il faut les mériter (DELAVIGNE, Louis XI, 1832, IV, 6, p.177).
Vx. Prière dont la récitation aux trois moments de la journée (matin, midi et soir) faisait gagner des indulgences. (Dict.XIXe et XXes.). Synon. angélus. Sonner le pardon. Le pardon est sonné (Ac. 1798-1878).
♦Pèlerinage religieux, surtout en Bretagne; fête populaire qui a lieu à cette occasion. Le pardon de Sainte-Anne d'Auray (Ac. 1935). Pardon des Terre-neuvas. Il y avait eu un pardon: les saints sous le porche de l'église étaient tout couronnés de fleurs (FLAUB., Champs et grèves, 1848, p.362):
5. La première fois qu'elle l'avait aperçu, lui, ce Yann, c'était le lendemain de son arrivée, au pardon des Islandais, qui est le 8 décembre, jour de la Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, patronne des pêcheurs, —un peu après la procession...
LOTI, Pêch. Isl., 1886, p.38.
2. RELIG. JUIVE. Le Grand Pardon, le jour du Pardon. Fête juive de l'expiation, la plus importante de l'année et que la communauté célèbre en automne dans le jeûne et la prière. Fixé au dixième jour de tishri [premier mois de l'année juive], le Grand Pardon suit l'évocation des jugements et des décrets du Seigneur le Jour de l'An. Le caractère solennel et l'obligation rigoureuse de ce jour de pénitence sont fortement inculqués déjà dans l'Écriture (Lv. 16 et 23, 26-32) (P. DÉMANN, Les Juifs, Paris, Fayard, 1961, p.96):
6. C'est le jour du Nouvel An que commencent les dix jours de rémission au cours desquels, plus qu'à une autre saison de l'année, le juif doit effectuer son bilan, «régler ses affaires de conscience» avec son prochain (...). Ce n'est qu'ainsi qu'il peut se préparer dignement au dernier jour de cette décade, à Yom Kippour (le «jour du Grand Pardon»)...
La Croix, 16 sept. 1983, p.13, col. 3-4.
Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. 1130-40 «action de pardonner une offense» (WACE, La Vie de Sainte Marguerite, éd. E. A. Francis, 639); mil. XVIes. je vous en demande pardon «formule de politesse par laquelle on s'excuse de déranger quelqu'un» (YVER, Le Printemps, cinquième histoire ds Conteurs français du XVIes., éd. La Pléiade, p.1240); 1802 sans pardon «impitoyable» (DELILLE, Pitié, III ds LITTRÉ); 2. 1160-74 «absolution religieuse» (WACE, Roman de Rou, II, 868, éd. A.-J. Holden); 3. ca 1240 «fête où se gagnaient les indulgences» (La Deuxième Collection anglo-normande des Miracles de la Sainte Vierge, 9, 127, éd. H. Kjellman: Une custume soleit aveir a Rome, Ceo poet saver chescun prodome, Ke vunt en les grans parduns En quaralme as estaciuns); spéc. 1834 «fête patronale avec pèlerinage en Bretagne» (Le Magasin pittoresque, p.247); 4. 1458 «se disait de l'angelus, à la récitation duquel des indulgences étaient attachées» (Arch. JJ 188, pièce 20 ds GDF.); 5. 1721 «fête juive de l'expiation» (Trév.). Déverbal de pardonner. Fréq. abs. littér.: 4039. Fréq. rel. littér.: XIXes.: a) 4948, b) 7311; XXes.: a) 6870, b) 4905. Bbg.. BAR (F.). Superl. et intensifs dans le fr. d'auj. Fr. mod. 1952, t.20, p.27. —QUEM. DDL t.19.

pardon [paʀdɔ̃] n. m.
ÉTYM. V. 1135; subst. verbal de pardonner.
1 Action de pardonner. Absolution, amnistie, grâce (I., B.), indulgence, miséricorde, rédemption, rémission. || Le pardon du coupable par la victime. || Le pardon de la victime, du juge, accordé par (la victime, le juge). || Demander son pardon, à être pardonné. || Accorder son pardon : pardonner. || Implorer (cit. 3) le pardon de qqn. || Le pardon des fautes, des injures, des offenses, des outrages (→ Christianisme, cit. 3). || La charité, la clémence incitent au pardon. || Un pardon généreux. — ☑ Loc. Demander pardon. Amende (faire amende honorable), excuse (faire des excuses). || Demander humblement (cit. 4) pardon. || Demander pardon de quelque chose à quelqu'un (→ Calamiteux, cit. 2; impatience, cit. 4). || J'en demande pardon à Dieu et aux hommes (→ Infamie, cit. 5). || Il faut que je te demande pardon à genoux d'avoir voulu me révolter (→ Esclave, cit. 15).Obtenir son pardon. Grâce (rentrer en grâce). || Accorder, donner le pardon, son pardon à quelqu'un. Bras (tendre les bras à quelqu'un), fléchir (se laisser fléchir), pardonner (→ Déplaire, cit. 15). || Intercéder pour obtenir le pardon de quelqu'un. || Faute, péché digne ( Véniel), indigne de pardon ( Impardonnable, irrémissible).
1 Le pardon est un acte moral : il est accordé par la personne même qui a eu à souffrir de l'injure, et il a pour effet d'étouffer en elle le ressentiment.
Lafaye, Dict. des synonymes, Pardon, Absolution…
2 On nous prêche beaucoup le pardon des offenses : c'est une fort belle vertu sans doute, mais qui n'est pas à mon usage.
Rousseau, les Confessions, XI.
3 Si l'effort est trop grand pour la faiblesse humaine
De pardonner les maux qui nous viennent d'autrui,
Épargne-toi du moins le tourment de la haine;
À défaut du pardon, laisse venir l'oubli.
A. de Musset, Poésies nouvelles, « Nuit d'octobre ».
4 La mère de ma petite enfance est, tout entière, assentiment, extase, don et pardon. Parfait don de soi et total pardon de toute offense.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, II, XII.
Fam. || Avec cette maladie, il n'y a pas de pardon. Pardonner (3.); salut.
2 (1135). Relig. (Au plur.). Indulgences accordées aux fidèles par l'Église.(XIIIe). Vx. Fête où l'on peut gagner des indulgences; pèlerinage.Mod. (1868). Fête religieuse (bretonne), pèlerinage (breton). || Le pardon de Notre-Dame d'Auray. || Pardon célébré à l'occasion du départ des terre-neuvas.
5 La première fois qu'elle l'avait aperçu (…) c'était le lendemain de son arrivée au pardon des Islandais, qui est le 8 décembre, jour de la Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, patronne des pêcheurs, — un peu après la procession, les rues sombres encore tendues de draps blancs sur lesquels étaient piqués du lierre et du houx, des feuillages et des fleurs d'hiver.
Loti, Pêcheur d'Islande, I, IV.
Vx. L'angélus (à la récitation duquel des indulgences étaient attachées). || « Quoi ! le pardon sonnant te retrouve en ces lieux ! » (Boileau, Lutrin, II.).
Grand pardon ou jour du Pardon : fête juive de l'expiation, appelée aussi Yom kippour, kippour, célébrée le dixième jour du mois de Tishri (ou Tischri, Tisri) par le jeûne et la prière.
3 Pardon : formule de politesse par laquelle on s'excuse de déranger ou d'interrompre quelqu'un, d'avoir à lui demander un service (→ Laver, cit. 18), de lui faire répéter une phrase qu'on a mal comprise ( Comment), de le contredire… ou pour introduire une rectification. Excuser (s'). → Champi, cit. 1. || Dire « Pardon » et « Merci » (→ Filer, cit. 13).Ah, pardon !Monsieur, il n'y a pas d'offense (cit. 5). || Ah ! mais pardon ! je ne suis pas d'accord !REM. Cet emploi est une ellipse de la loc. demander pardon (à qqn). → cit. 7.
6 Charlemagne, pardon ! ces voûtes solitaires
Ne devraient répéter que paroles austères.
Hugo, Hernani, IV, 2.
7 — (…) vous n'êtes pas chez vous, ici. Soupe, humilié, se rebiffa : — Je vous demande pardon, j'y suis. — Je vous demande pardon également, vous n'y êtes pas.
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, IVe tableau, I.
8 Pardon est, en somme, dans la langue moderne, une formule courante de politesse, qui s'emploie dans certaines circonstances où il n'y a, à vrai dire, pas d'offense réelle dont s'excuser, mais où l'omission de pardon serait impolie (…)
J. Damourette et É. Pichon, Essai de grammaire de la langue franç., §758.
(1800). || Pardon excuse ! (d'abord écrit pardon, excuse).
Fam. (Exclamation superlative). || Le père était déjà costaud, mais alors le fils, pardon ! S'emploie en incise, comme mot emphatique.
9 Hier, j'ai entendu chez l'épicier deux femmes harnachées, pardon, fourrures, bijoux et pékinois (…)
M. Aymé, le Passe-muraille, « En attendant », p. 257.
tableau Principales interjections.
CONTR. Aigreur, animosité, rancœur, rancune, ressentiment. — Condamnation, représaille.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pardon — par·don n 1: a release from the legal penalties of an offense 2: an official warrant of remission of penalty as an act of clemency compare commute 3: excuse or forgiveness for a fault or offense pardon vt …   Law dictionary

  • pardon — PARDÓN interj., s.n. 1. interj. Iertaţi mă! scuzaţi! ♦ (Ca protest) Ba nu (e aşa)! să avem iertare! 2. s.n. (înv.) Absolvire, scutire (de o pedeapsă sau de o obligaţie); iertare: scuză. – Din germ. Pardon, fr. pardon. Trimis de valeriu,… …   Dicționar Român

  • Pardon — Par don, v. t. [imp. & p. p. {Pardoned} (p[aum]r d nd); p. pr. & vb. n. {Pardoning}.] [Either fr. pardon, n., or from F. pardonner, LL. perdonare; L. per through, thoroughly, perfectly + donare to give, to present. See {Par }, and {Donation}.] 1 …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Pardon me — Pardon Par don, v. t. [imp. & p. p. {Pardoned} (p[aum]r d nd); p. pr. & vb. n. {Pardoning}.] [Either fr. pardon, n., or from F. pardonner, LL. perdonare; L. per through, thoroughly, perfectly + donare to give, to present. See {Par }, and… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Pardon — Par don (p[aum]r d n), n. [F., fr. pardonner to pardon. See {Pardon}, v. t.] 1. The act of pardoning; forgiveness, as of an offender, or of an offense; release from penalty; remission of punishment; absolution. [1913 Webster] Pardon, my lord, for …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Pardon Us — Theatrical poster for the 1944 re release Directed by James Parrott Produced by …   Wikipedia

  • Pardon — (französisch für „Vergebung“, „Verzeihung“) bezeichnet: im militärischen Sprachgebrauch die Schonung des Lebens des Gegners, siehe Pardon (Militärjargon) eine satirische Zeitschrift, siehe pardon (Zeitschrift) eine in der Bretagne verbreitete… …   Deutsch Wikipedia

  • pardon# — pardon n Pardon, amnesty, absolution in their legal and ecclesiastical senses mean a remission of penalty or punishment. Pardon, which is the comprehensive term, is often ambiguous; it denotes a release not from guilt but from the penalty imposed …   New Dictionary of Synonyms

  • Pardon Me — Single par Incubus extrait de l’album Make Yourself Sortie 22 février 2000 Enregistrement Mai juin 1999 Los Angeles (Californie) Durée 3:44 Genre …   Wikipédia en Français

  • Pardon — Smn erw. obs. (15. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. pardon m., einer postverbalen Ableitung von frz. pardonner verzeihen , dieses aus spl. perdonare vergeben (eigentlich gänzlich schenken ), zu l. dōnāre geben, schenken und l. per , zu l. dōnum …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.